Michel de Montaigne

QUI ETAIT MONTAIGNE ?

Écrivain français (château de Montaigne, aujourd’hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1533-id. 1592).

Né dans un siècle politiquement troublé, Michel de Montaigne consacra la plus grande partie de sa vie à la rédaction de ses Essais, sans cesse remaniés, dans lesquels, tout en se peignant lui-même, il s’attacha à démontrer la faiblesse de la raison humaine et à fonder l”art de vivre sur une sagesse prudente, faite de bon sens et de tolérance. Ni stoïcien, ni épicurien, ni même sceptique pur, Montaigne ne se réfère aux grandes doctrines de l’Antiquité que pour jouer en définitive des unes contre les autres en une forme ouverte et dialogique, qui rend possible l’émergence d’une libre parole d’auteur.
Sa touchante amitié avec Etienne de La Boétie est restée légendaire.

Naissance

28 février 1533, au château de Montaigne, en Dordogne.

Famille

Son arrière-grand-père était un négociant bordelais enrichi, qui a acquis la terre noble de Montaigne (c’est-à-dire Montagne : « ma maison est juchée sur un tertre, comme dit son nom »). Ses oncles sont magistrats ; son père, écuyer (officier du roi), vétéran des guerres d’Italie, puis maire de Bordeaux. Sa mère est issue d’une famille de riches commerçants juifs espagnols, convertie au protestantisme. Michel est l’aîné de huit enfants ; il est catholique, comme son père.

Formation

Il apprend le latin dès l’enfance (comme une langue maternelle), puis fait ses études au collège de Guyenne, à Bordeaux, et enchaîne sur des études de droit, de lettres, de philosophie.

Maturité

Montaigne est conseiller à la cour des aides de Périgueux puis au parlement de Bordeaux (1554–1570). En 1569, il publie à Paris une traduction de la Théologie naturelle de Raymond Sebond que son père lui avait demandée. En 1570, il vend sa charge de parlementaire, se retire dans ses terres et commence la rédaction de ses Essais. Gentilhomme, Montaigne sert fidèlement la royauté alors que règne la fièvre des guerres de religion ; sa modération n’est pas sans lui valoir les attaques des extrémistes des deux camps.

Retiré en « sa librairie »

En 1580, à Bordeaux (dont il sera le maire de 1581 à 1585), paraît la première édition des Essais (en deux livres, à compte d’auteur), qu’il offre à Henri III ; l’ouvrage est réédité à Paris en 1587. Une nouvelle édition des Essais (1588, à Paris) est considérablement augmentée (trois livres). Montaigne continue à enrichir ses trois livres d’additions en vue d’une nouvelle édition (qui sera assurée par Marie de Gournay, en 1595).

Mort

Le 13 septembre 1592 au château de Montaigne ; il est inhumé à l’église des Feuillants, à Bordeaux.